La nouvelle vie commence parfois par la mort

carte Afrique en feu
Posted on

La nouvelle vie commence parfois par la mort

Reading Time: 3 minutes

Nous sommes le 16 janvier 1969 à Prague, Jan Palach s’immole par le feu pour s’opposer à l’invasion russe dans son pays la Tchécoslovaquie (à l’époque).

Le 17 décembre 2010 à Sidi Bouzid, Mohamed Bouazizi s’offre en autodafé comme un sacrifice vivant non pour l’expiation des fautes de ses semblables mais pour crier sa peine, pour marquer son désespoir face à une police municipale tunisienne qui lui avait préalablement arraché ses marchandises, ce peu qui lui permettait d’être digne et de subsister.

Le 4 avril 1968, Martin Luther King est assassiné d’une balle dans la tête devant sa chambre d’hôtel à Memphis. La lumière de ce combattant des droits des noirs américains (droit de vote et déségrégation) venait ainsi de s’éteindre après 15 années de lutte bien menées. C’est ce qu’ils croyaient en l’assassinant.

Nous sommes le 25 mai 2020 à Minneapolis. Georges Floyd un noir Américain est assassiné étouffé par une police qui voulait faire comprendre qu’elle était la force publique et qu’elle avait la légitimité et la légalité pour exercer cette force peu importe les raisons et le lieu au grand dam des badauds impuissants.
Ce n’était pas le première fois que la police exécutait un noir mais c’était la fois de trop. Comme une traînée de poudre, la scène filmée s’est rependue sur les réseaux sociaux à travers le monde. Il n’en fallait pas plus pour que le mouvement BLM, entendez “Black Lives Matter” créé en 2013 à la mort de Treyvon Martin, resurgisse et soit endossé par plusieurs personnes sans distinction de sexe, d’âge et d’origine et aussi par plusieurs entreprises peu importe le domaine d’activité.

Pourquoi maintenant? Pourquoi lui?
Certaines personnes disent que l’âme ou la vie de certains individus a plus de poids que d’autres comme pour expliquer que nous ne sommes pas nécessairement égaux face à la mort et que certaines morts ont plus de conséquences que d’autres. Certains suicides, certains assassinats entraînent des mouvements de contestations, de révoltes et permettent plus d’avancées que des mouvements de longues haleines, qu’ils soient pacifiques ou guerriers.

“Celui dont l’œuvre sera consumée en sera privé ; lui-même sera sauvé, mais comme on l’est à travers le feu”.
Comme l’indique ce passage d’un livre, ces personnes ont donné leur vie volontairement ou involontairement afin de permettre à d’autres d’obtenir ce qui leur avait été refusé pendant longtemps. Marques de contestation, signes de dépit, expressions de révolte, cette auto-mortification les a privé de cette récompense mais ils ont été sauvés de cette vie et ont sauvé plusieurs comme on l’est au travers du feu. Ce feu qui épure.
C’est ainsi la conséquence quand à force d’être humilié et brisé, cette humiliation atteint le seuil de l’intolérable. Certaines personnes dans un geste de sursaut s’en prennent alors à leur propre intégrité physique. D’autres se laissent mettre à mort pour marquer leur indignation et pousser les autres à se lever, à crier leur ras-le-bol.

Comme une torche humaine, Bouazizi qui fait partie de ceux-là, a fini par éclairer le chemin que ses contemporains Tunisiens, qui las de subir, ont emprunté la voie sinueuse pour parvenir à… une liberté, leur liberté. La liberté de la Tunisie qui a ensuite embrasé une partie du Maghreb et du monde Arabe. Mais à quel prix!

Un Livre (saint) dit de manière fort à propos que si le grain de blé ne meurt, il ne peut porter du fruit. Souventes fois, je regarde l’Afrique et lorsque je vois certaines décisions prises à brûle-pourpoint par des gouvernements, comme si elles n’avaient pas été planifiées, j’en geins à en gésir; certains comportements trop ubuesques pour être vrais, me font me dire qu’il faudrait un changement, un profond changement. Mais quand viendra ce changement? De qui viendra ce changement? Quel sacrifice faudrait-il pour obtenir ce changement?
Ceci n’est pas un appel à la sédition! Ceci n’est pas non plus un appel au suicide ou à la mortification mais un cri du cœur pour que les choses changent… un appel à la prise de conscience.

Toutes les vies semblent se valoir mais il faudrait une pour nous sortir de cette… vie parce que #AfricanLivesMatter

Merci de liker et de me suivre :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *