Le Zaouli, ce masque qui est entré au patrimoine de l’UNESCO

masque-zaouli-cote-d-ivoire
Posted on

Le Zaouli, ce masque qui est entré au patrimoine de l’UNESCO

Reading Time: 3 minutes

Il battait le sol de ces pieds au rythme endiablé d’une musique envoûtante. Il nous emportait tous et nous tenions la cadence. Malgré la poussière qu’il soulevait, toute la foule était en liesse. Il? Était-ce un homme ou une femme? La finesse de ses traits faciaux laissait penser que c’était une femme mais aucune turgescence ne permettait de déterminer qui se cacher derrière ce masque et sous ces vêtements.

Après Grand-Bassam, en 2012 et le balafon Sénoufo (Djéguélé) en 2013, c’est en 2017 que le Zaouli puisque c’est de lui qu’il s’agit, est devenu le 3ème bien de la Côte d’Ivoire inscrit sur la liste prestigieuse du Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Ce masque ivoirien, fer de lance de l’art africain serait né dans le centre ouest de la Côte d’Ivoire dans les périodes avant l’indépendance.

Parlons d’histoire ou plutôt de légendes

Les versions autour du Zaouli sont légions; certaines narrent l’histoire d’un pari ou plutôt d’un défi de 2 sorciers. Ces derniers au moment de leur affrontement furent surpris par une femme enceinte. Le défi consista ensuite à deviner le sexe de l’enfant. Ils éventrèrent la femme enceinte pour découvrir qu’elle attendait une fille qui avait une beauté extraordinaire. Ceux qui la recueillirent lui donnèrent le nom de Djela Lou Zaouli.

Une autre version raconte celle d’un sorcier venant du nord qui réussit à faire accoucher une femme qui portait une grossesse de 3 mois. La bonne dame accoucha d’une fille à qui elle donna le nom de Djela Lou Zaouli.

Pour ma part l’histoire que je préfère est celle-ci : Tout commence à la mort de Djela Lou Zaouli, une très belle femme qui vivait en pays Gouro. Affecté par la mort de sa femme dont le père s’appellait Kolou Bi Djela, son mari, grand sculpteur de son état décida de lui rendre hommage et de perpétuer son image. Il matérialisa sa femme  Djela lou Zaouli dans le bois, Djela Lou Zaouli signifiant “la fille de Djela”. Sa sculpture étant tellement réussie qu’elle inspira d’autres sculpteurs qui reprirent le visage sculpté en essayant de lui adjoindre d’autres artifices.

Dans les années 1950 toujours en pays Gouro, un homme du nom Ouinnaila s’inspira de d’une danse qu’il vit dans un village : le Boulou. De retour dans son village, il créa le Zaouli. Véritable hommage à la beauté féminine, le Zaouli s’inspire de deux masques de Côte d’ivooire : le Blou ou Boulou et le Djela.

L’histoire la plus plausible attribue la paternité du Zaouli à Ouinnaila, un homme originaire du village de Zrabi Séhifla. Ouinnaila aurait été frappé par la beauté extrême d’une jeune fille qu’il aurait rencontrée dans un village voisin, dénommée “Djela Lou Zaouli”. C’est pour cela qu’il décida de sculpter un masque en son honneur.

Bref! Vous avez noté que les différentes légendes liées à l’origine du masque Zaouli ont un point commun! Ce masque a été inspiré par une jeune fille d’une beauté extraordinaire dont le nom serait Djela Lou Zaouli, la fille de Zaouli.

Le masque

Bien que représentant une belle femme, c’est un homme qui porte le masque, les femmes n’en ont pas le droit.
Ce masque a été facilement adopté dans les villages Gouro. Il peut être retrouvé sous 7 différentes formes faciales, chacune spécifiquement associée à une légende du peuple Gouro. Il existe un grand nombre de masques Zaouli différents. Chaque masque représente une histoire symbolique qui lui est propre.

Quelques masques Zaouli – Office Ivoirien du Patrimoine Culturel (OIPC)

Le Zaouli se caractérise par la finesse des traits du masque et la vivacité des couleurs. Il est surmonté d’animaux (serpent et oiseaux principalement), de personnages ou de cornes de bélier. Le Zaouli est une danse de réjouissance au cours de laquelle le danseur s’exprime par des performances et des prouesses. Le danseur a le corps dissimulé par un pagne couvrant sa tête et ses épaules, des raphias de couleurs à la taille, aux poignets et aux chevilles, et un justaucorps de mailles tissées. A cela s’ajoute des bracelets de grelots aux chevilles, et une queue de bœuf qu’il tient dans chaque main.

Ce qui a fait la popularité du Zaouli, c’est le fait de le ressortir à chacune de ces occasions : funérailles, mariages, etc. Et c’est cette popularité a fait entrer le Zaouli dans le Panthéon de l’art africain et ainsi figurer ce représentant de l’art africain au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO.

Sources:

Zaouli sur Wikipédia
Blog sur le masque Zaouli
Djembefola : le Zaouli
BBC parle du Zaouli
UNESCO, le Zaouli patrimoine culturel
Photo masque Zaouli par Nabil Zorkot


Merci de liker et de me suivre :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *