La danse c’est pour les filles !

jeune-garcon-danse-classique
Posted on

La danse c’est pour les filles !

Briser un rêve

La réunion se voulait solennelle :

On a voulu te rencontrer ce matin pour que tu modifies ton choix pour le sport.
– Pourquoi dois-je modifier mon choix ?
– Parce que tu as choisi la danse et la danse c’est pour les filles
– Pourquoi juste pour les filles? Mais c’est injuste!
– C’est peut-être injuste mais c’est comme ça.

Ne rien dire, suivre et obéir

Ils devaient se dire dans leur for intérieur que cet élève veut faire l’intéressant et nous prendre la tête alors qu’il n’y avait pas que ça.
J’avais eu la chance d’être dans un collège dans lequel pouvoir choisir ses activités sportives de l’année était préposé aux élèves. Parmi les sports figurants sur la liste, il y avait de la boxe thaï que tous les garçons se sont empressés de choisir, du badminton, de l’athlétisme, du football, du Basketball, et les autres sports d’équipe en “ball” et même du Rock’n Roll. Et il y avait la danse. C’était plutôt de la danse classique et non ces danses modernes dans lesquelles on était obligé de se tortiller. Amateur de musique classique, mon choix s’était porté naturellement sur la danse classique sans oublier que j’étais un piètre danseur. Peut-être que ces cours de danse allaient me sortir de ma nullité.
Mais ce fut NON. Cette fin de non-recevoir, je la pris comme une gifle. J’avais déjà entendu parlé de discrimination pour un boulot ou une activité qui n’était pas réservé aux filles mais une activité sportive qu’on interdisait à un homme me surprit.
Malgré mes insistances, ils restèrent fermes et puisque je voulais faire de la danse, je me retrouvai à faire… du Rock’n Roll. C’était toujours de la danse me dit-on pour me consoler.

Repenser certaines pratiques

L’éducation nationale a pour but de nous inculquer par un apprentissage à développer nos facultés intellectuelles mais aussi morale et à nous inculquer les mêmes valeurs citoyennes. Lorsque cette éducation nationale met les élèves dans des cases, vers qui pourrait-on se tourner?
L’école reproduit des habitudes au nom de pratiques fabriquées et dictées par la société et qui nous sont inculquées insidieusement et finissent par nous maintenir dans un état.
Ceci est pour les filles et ceci pour les garçons, ainsi on construit des frustrés qui reproduiront les mêmes gestes.
J’ai été frustré mais je me suis soigné…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *