Le succès, c’est pas sorcier

Posted on

Le succès, c’est pas sorcier

Reading Time: 3 minutes

Tout commence par un buzz

Hier soir je regardais la vidéo d’une humoriste web que je ne citerais pas car selon ce qui se raconte, elle clashe et n’hésite pas à ester en justice tous ceux qui parlent d’elle.
Elle disait dans sa vidéo que son succès était dû à son talent et à son travail. Elle invitait ceux qui l’enviaient ou la dénigraient à travailler durement pour parvenir à un succès similaire au sien.
Ce n’était pas la première fois que j’entendais cette théorie du succès ou de la célébrité : l’ardeur et la hardiesse au travail. N’y a-t-il que ça? D’autres facteurs n’entrent-ils pas en ligne de compte?
Laissez-moi vous raconter une histoire. Si vous avez été jeunes et que vous avez la trentaine ou la quarantaine, vous devez connaître Fred et Jamy de l’émission scientifique : “C’est pas sorcier“.

La nouvelle aventure de Fred

Après de longues années (20 ans) de collaboration, ils se sont séparés. Fred s’est reconverti en YouTubeur scientifique et il s’est lancé dans l’éducation et de la vulgarisation scientifique sur YouTube depuis 2015 avec une émission : L’esprit sorcier. Il réussit à lever 120 000 euros grâce des financements participatifs. La région Île-de-France lui apporte une subvention de 200 000 euros et une mairie lui offre des locaux. Il se fait en plus accompagner par une équipe. En septembre 2020 soit 5 ans plus tard, sa chaîne compte environ 360 vidéos, 250 000 abonnés et il cumule un total de 10 millions de vues. Toutefois comme je l’ai dit, il n’est pas seul: il y a une petite équipe d’une dizaine de personnes (journalistes, des cadreurs, des monteurs, des graphistes, etc.) d’abord bénévoles puis employés se trouvent derrière la caméra et travaillent au quotidien sur différents formats de vidéos allant de petites vidéos face caméra de 5 min à de plus grosses vidéos de 30 min voire 1 heure. Il s’agit donc d’une vraie petite entreprise. Selon ce que Fred disait, tout le travail de recherche met énormément de temps puisqu’il faut rencontrer des spécialistes, lire des articles scientifiques, recouper les informations, les trier, écrire les scénarios. Bref, pour une émission de 30 min, il faut 2 mois de travail.

Et Jamy dans tout ça?

A la faveur du confinement, Jamy le binôme qui co-animait l’émission “C’est pas sorcier” avec Fred, a décidé lui aussi de se lancer sur YouTube même s’il est toujours en contrat avec la chaîne publique France 3. S’ennuyant à la maison, son épouse et lui ont décidé de lancer une chaîne de sciences semblable à celle de Fred. Ou plutôt semblable à l’émission “C’est pas sorcier” car c’est cette émission qui est le dénominateur commun. Contrairement à Fred, Jamy tout seul chez lui avec son épouse ont décidé d’utiliser les moyens de bord. Sa femme étant artiste, elle fabrique toutes les maquettes à utiliser pour les expériences et les démonstrations : fusées, route, volcan, globe terrestre, système solaire, aquarium, etc. Jamy a déjà les connaissances scientifiques acquises depuis plus de 30 ans mais il effectue tout de même des recherches dans sa bibliothèque et sur le web pour compléter ses connaissances.
Tandis que sa femme tient la caméra, Jamy fait le YouTubeur et explique à la manière de l’émission “C’est pas sorcier”. Sa nouvelle émission se nomme “Chez Jamy“.
C’est un succès! Il cartonne pendant le confinement et continue de cartonner après le confinement. La chaîne est lancée en mars 2020 et 5 mois plus tard il a 600 000 abonnés, 13 millions de vues avec seulement 67 vidéos de 5 min environ.

En 5 mois, Jamy et son épouse ont réalisé des performances supérieures à celles réalisées par Fred et son équipe de 10 personnes et sur une période de 5 ans. Le travail réalisé par l’équipe de Fred a été et continue d’être intense. Le travail de Jamy a demandé également de l’imagination et de l’application: tout le travail manuel, le rendu et le montage vidéo. Je n’ai certes pas de système dévaluation mais j’aurai tendance à me dire que la somme de travail fournie pas l’équipe de Fred est supérieure à celle fournie par Jamy et son épouse.

Alors je continue de me poser la question: Le succès (car on peut dire que l’émission de Jamy a plus de succès que celle de Fred), est-il le résultat d’un travail intense? Faut-il bûcher pour avoir du succès (sur YouTube, c’est le succès qu’on recherche)?
N’y a-t-il pas une assez grande part d’opportunité saisie, de chance/de grâce divine ? N’y a-t-il pas également un “délit de belle gueule” ou “un délit de sale gueule” qui entre en ligne de compte?
Pour information, le délit de sale gueule ou de belle gueule est le fait d’être victime d’un physique avantageux ou désavantageux.

Pendant que je réfléchis encore à ce que cette humoriste actuellement en vogue a pu dire, je m’interroge sur notre capacité à juger des facteurs du succès. N’est-on pas tout simplement victime d’un biais d’auto-complaisance, cette tendance à s’attribuer tous les mérites de son succès et parfois et même trop souvent à attribuer ses échecs à des facteurs extérieurs?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *