Si vous ne pouvez aider, alors fermez-la

Posted on

Si vous ne pouvez aider, alors fermez-la

Reading Time: 3 minutes

Il est 6 heures du matin quand j’allume mon téléphone. On est samedi 18 avril 2020 et je suis encore confiné. A peine allumé, les notifications de Facebook s’enchaînent. Je les parcours rapidement et je suis attiré par une publication qui revient encore et encore dans mon fil d’actualité.
Je tombe alors sur la vidéo qui apparaît à plusieurs reprises dans mon fil d’actualité. Je ne la partagerai pas mais elle me révolte suffisamment pour en parler.
L’image est fortement dégradée mais on croit percevoir une femme suspendue entre ciel et terre et qui semble s’agripper à quelque chose ou à quelqu’un. Je devine aisément qui s’agit d’une tentative de suicide.
Les violences? très peu pour moi. Je ne prends pas plaisir à regarder mes semblables perdre la vie.

Je suis toutefois interpellée par les commentaires en dessous de la vidéo qui est partagée un nombre incalculable de fois. Des injures à profusion; des condamnation; certaines personnes vont jusqu’à faire des reproches à la dame suspendue.
Partagé entre le désir de savoir et la peur d’être horrifié, je lis rapidement les commentaires et je lance la vidéo:
Une dame tente de mettre fin à ses jours après avoir été battue par son compagnon selon les dires des voisins qui filment. Elle semble s’être jetée du 3ème étage et bien que son compagnon l’ait retenue, elle finit par tomber. Sa chute est cependant amortie par un auvent. Elle se retrouve donc au bas de l’immeuble sous l’indifférence totale de 3 voisins qui regardaient la scène mais ne se risquent même pas à l’aider à se relever. Le gardien de l’immeuble ou d’un immeuble voisin, sort enfin de la pénombre, vient aider la bonne dame à se relever et l’emmène loin de son “bourreau”. Ne croyant ni mes oreilles ni mes yeux, je relance la vidéo.
Tout révolte dans cette vidéo:

  • le mari violent. Les voisins qui commentent en filmant disent être intervenus plus tôt et avaient demandé à l’homme d’arrêter de battre la dame qui avait trouvé refuge dans une église voisine. Elle en a été très vite délogée par son compagnon
  • les voisins qui au bas de l’immeuble assistent à la scène et les mains dans les poches continuent leur chemin lorsque la dame chute. Pourquoi l’aider? ce ne sont pas nos oignons semblent-ils vouloir dire.
  • les voisins vidéastes qui font les commentaires en filmant. Ils prétendent avoir entendu le monsieur battre la femme une bonne partie de la soirée mais ils ont eu la délicatesse de ne pas intervenir.
    On entend le monsieur appeler Jacquie, la dame qui tente de se suicider. Le son est quasiment net ainsi on devine aisément que les voisins vidéastes sont à proximité de l’immeuble.
  • les commentaires des internautes. Ces donneurs de leçons qui accablent la dame en oubliant qu’elle est une victime et non la responsable des violences en son encontre. Ses seuls torts seraient de rester chez un homme qui la bat et ensuite d’avoir tentée de se suicider.

J’ai lu des femmes qui critiquent la dame parce qu’elle n’a pas eu le courage de partir alors qu’elles “les critiqueuses” seraient déjà parties. Elles ignorent que nos actes sont le produit de notre éducation et de la “nature”. Certaines personnes ont grandi dans un environnement qui leur permettait d’être grande-gueule et pouvoir s’opposer à tout.
Il faut peut-être le rappeler: nos traits de personnalité ou traits de caractères sont dus à des facteurs biologiques et environnementaux. Nous ne sommes en rien méritant parce que nous avons une certaine force de caractère et que nous savons nous opposer et rebondir après un échec!

Chers tous, dites plutôt merci à la nature et à Dieu de vous avoir pourvu de certains gènes et d’avoir permis que vous évoluez dans un certain environnement.
Si vous ne savez pas reconnaître cela, faites-en des glorioles à afficher sur vos mur mais de grâces, épargnez-nous vos leçons de morale. Et si vous ne savez pas compatir, alors FERMEZ-LA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *